Même si les spéléologues sont largement appréciés, actifs et représentés dans ce milieu, certaines techniques et matériel sont spécifiques à cette activité qui, de plus, demande aussi une expérience en bâtiment et travaux publics. Le suivi d'une formation spécifique donne droit en fin de stage à une attestation de formation conforme aux exigences règlementaires suffisantes pour exercer cette activité.

De nombreuses structures proposent ce type de formation. Celles-ci sont préparatoires à plusieurs titres ou diplômes professionnels.

•    Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) technicien cordiste niveau 1 : s’adresse aux personnes sans aucune expérience professionnelle. Il a pour but une acquisition des techniques de déplacements sur cordes, des techniques de levage et de secours. A l’issue de la formation, le participant valide ses compétences auprès d’un jury organisé par le DPMC (Développement et Promotion des Métiers sur Cordes) du SFETH (Syndicat Français des Entreprises de Travaux en Hauteur) pour obtenir le titre professionnel de « technicien cordiste niveau 1».

•    Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) technicien cordiste niveau 2 : s’adresse aux cordistes désireux d’exercer des compétences d’encadrement. Il est accessible aux titulaires d’un CQP niveau 1 et justifiant de 800 heures de chantier sur cordes. A l’issue de la formation, le participant valide ses compétences auprès du DPMC du SFETH pour obtenir le titre professionnel de « technicien cordiste niveau 2».

•    Certificat d’Aptitude aux Travaux Sur Corde : s’adresse à toute personne justifiant de 800 heures de chantier en travaux sur cordes désireuse de faire reconnaître ses compétences par un diplôme d'Etat (niveau CAP). La validation se fait par le GRETA.

•    Industrial Rope Access Trade Association (IRATA) est une certification internationale (utile pour travailler à l’étranger). Pour les 3 niveaux en place, 5 jours de formation sont suivis d'une évaluation par un examinateur reconnu par IRATA. Tout examen comporte une partie orale, théorique et pratique.

Pas d’équivalences possiblesavec les brevets fédéraux.